Historique du sport tabernacien

Ecrire l’histoire du sport tabernacien n’est pas chose facile : nos anciens ne sont plus de ce monde pour témoigner, nous disposons d’éléments parfois contradictoires, parce que justement, très parcellaires.

Personne ne conteste qu
e Lady Ashburton ait pu jouer un grand rôle dans la construction associative et sportive de notre ville et que la salle des Fêtes, monument historique s’il en est, était à l’origine une salle de gymnastique.

De son côté l’Abbé Rousseau, orfèvre de l’histoire de notre ville, écrira qu’il est impossible d’évoquer le sport à Taverny sans parler du rôle moteur du Cosmopolitan Club. Ce nom fut sans doute choisi parce que des étrangers participèrent à sa création, du fait de l’implantation de cette colonie anglaise de Vaucelles… très active d’ailleurs !

Au  début du 20eme siècle, la pratique du sport se développe essentiellement dans un milieu de privilégiés. Le domaine de la Croix Catelan du Racing Club de France, par exemple, est évidemment le rendez-vous des ’’Ladies and Gentlemen‘’ soucieux de pratiquer une activité physique, tout en exposant les signes extérieurs d’une opulence de bon aloi.

L’influence de la société anglaise, toute proche, édicte cependant des règles du plus élémentaire fair-play. Ce dont on ne saurait se plaindre.

 

Si un document officiel en date du 26 août 1913 mentionne une filiation avec le Cercle Athlétique de Bessancourt, qui à cette date serait devenu le Cosmopolitan Club, en fait c’est Jean Le Bailly, Conseiller municipal de Taverny, qui en créant la société d’Armes et de Gymnastique, s’affirme comme le véritable élément moteur à l’origine du sport tabernacien… Nous vivions une période où le sentiment national était à son zénith, ce qui peut expliquer pourquoi cette association s’inscrivait  sur les registres du Ministère de la Guerre. Le Cosmo Football allait suivre et sera homologué à la Fédération Française de football sous le numéro 13. Ce n’est pas rien : Cela en fait un des plus vieux clubs de foot de l’Hexagone !

On ne saurait oublier les noms de Monsieur Moulié qui fut lui aussi à l’origine de la création en 1913  et sera président du Cosmo durant une longue période. Une ancienne salle de Taverny, mise à la disposition de l’annexe de la poste place Charles de Gaulle, portait d’ailleurs son nom, et aussi de Monsieur Mallet qui fonda la section tennis en 1924.

A partir de 193O, les Municipalités s’engagent enfin, telle la ville de Taverny. Taverny va promouvoir la démocratisation du sport tabernacien, multipliant pendant 20 ans les acquisitions foncières tel le site de Jean Bouin, au lieu-dit les Brulis, qui permettront de constituer au fil des ans un patrimoine enviable d’installations sportives.

Il faudra attendre 1936 et l’avènement d’un ministre du Front Populaire, Léo Lagrange, pour ouvrir à tous ce mouvement sportif qui permet de tisser du lien social, en abaissant les barrières des inégalités observables en notre société.

Quant à Monsieur Lemaire, en tant que Président, il reçut des mains du Président de la République, Albert Lebrun, en 1938, lors d’une cérémonie aux Tuileries, le drapeau du Cosmo, lequel fut restauré à l’occasion du centenaire du Club en 2013.

Une si longue histoire a été jalonnée par des montagnes de dévouements, de compétences de la part d’animateurs emblématiques. On aura le plus grand regret de ne pas les citer tous, mais  on en mettra en exergue quelques-uns :

A Franck Foucrier, assisté de Dany son épouse l’acrobatie, à Louis Giordano et Bernard Montrenaud le tennis, en passant par Claude Havette pour le cyclisme et par Michel Brugel et Daniel Sédillière, pour la natation et le water-polo. De Pierre Montel, karateka émérite, un des premiers champions d’Europe qu’ait pu compter Taverny, sans oublier Emmanuel Beaubrun, cheville ouvrière de l’athlétisme dont l’école de lancers longs a donné deux championnes internationales, aux ‘’deux  Carole‘’ Fournier et Sinoquet, la galerie de ceux qui ont fait le sport à Taverny depuis 1913 est impressionnante, d’autant que bien d’autres noms illustres mériteraient d’être mentionnés.

Souhaitons que des générations futures de sportifs émergent des chroniqueurs se chargeant d’apporter leur moisson de souvenirs. C’est pourquoi nous invitons tous les dirigeants actuels de faire connaître le palmarès  et les temps forts passés ou à venir qui jalonnent la vie d’une Association. C’est une obligation finalement bien agréable et en même temps un devoir de mémoire indispensable. Nous sommes à leur disposition pour les aider à promouvoir ce pan du patrimoine tabernacien.

Parce que le sport à Taverny se porte bien sous l’impulsion de cadres compétents et de bénévoles constants dans leur engagement et dans des lieux, on l’a vu très accueillants, il est sage d’envisager de laisser de côté, télévision et autres pour se ressourcer auprès de notre jeunesse, ne serait-ce que de temps en temps. Faire partie des plus de mille personnes sur le site du Cross au moment des épreuves de jeunes, assister quelquefois à ces matchs de foot de joueurs poussins qui ‘’savent déjà tout faire‘’, leur gestuelle en témoigne, ou encore se retrouver au Centre Nautique, pour des matchs de water polo, domaine où Taverny  a toujours excellé, malgré des hauts et des bas propres à tout club. Le samedi en début de soirée et y retrouver, souvent par hasard, bon nombre de personnes que nous avons croisées depuis des années, fidèles comme toujours.

A Taverny, on peut pratiquer et faire pratiquer quasiment tous les sports, de nos courts de tennis, en passant par nos gymnases, pour les sports en salle, et puis emboîter le pas de nos randonneurs, souvent par tous les temps pour découvrir les mille et unes merveilles de notre région, qu’il faut aussi préserver, ce qui est le devoir de tous .

C’est une vraie chance pour Taverny d’avoir eu des élus de toute philosophie politique qui, au fil des ans ont constitué ce patrimoine d’installations  sportives.

Rappelons quelques dates incontournables :

1931 Acquisition des terrains des Brulis, 5086 m2 qui complèteront ceux  déjà utilisés par le Cosmo, agrandis à nouveau en 1941 de 2 hectares

1972  Piscine  Municipale

1974 Complexe sportif Jules Ladoumègue

1980 Gymnase André Messager, rénové en 2013

1984 Premier plateau multisports Goscinny

1989 Stade Jean Pierre Le Coadic aux Portes de Taverny

1992 Gymnase Jean Mermoz

1995 Gymnase Dacoury, extension en 2008

1997 – 2005  Terrains sportifs de proximité dans tous les quartiers

2008 Skate Park

2010 Rénovation stade Jean Bouin, terrains de football en synthétique,

piste d’athlétisme Myriam Soumaré

2013 Nouveaux courts de tennis en terre battue

 

—————————————————————————————————

TEXTES SOURCES :

 

SPORT ET VIE SOCIALE

Au  début du 20eme siècle, la pratique du sport se développe essentiellement dans un milieu de privilégiés. Le domaine de la Croix Catelan du Racing Club de France, par exemple, est évidemment le  rendez-vous des ’’Ladies and Gentlemen‘’ soucieux de pratiquer une activité physique, tout en exposant les signes extérieurs d’une opulence de bon aloi.

L’influence de la société anglaise, toute proche, édicte cependant des règles du plus élémentaire fair-play. Ce dont on ne saurait se plaindre.

A partir de 193O, les Municipalités s’engagent enfin, telle la ville de Taverny, qui va promouvoir la démocratisation du sport tabernacien, multipliant pendant 20 ans les acquisitions foncières tel le site de Jean Bouin, au lieudit les Brulis, qui permettront de constituer au fil des ans un patrimoine enviable d’installations sportives.

Il faudra attendre 1936 et l’avènement d’un ministre du Front Populaire, Léo Lagrange, pour que véritablement l’essor soit donné pour ce mouvement sportif ouvert à tous qui permet de tisser du lien social, en abaissant les barrières des inégalités observables en notre société.

Vecteur éducatif, source de culture, de liberté et de respect de l’autre, le sport participe à rendre notre société plus solidaire et plus juste.

C’est pourquoi les dérives actuelles interpellent. La puissance de l’argent entraîne la recherche de la victoire à tout prix. Dopage, violence, tricherie caractérisée.

Après le dopage médical, le dopage technologique a fait son apparition dans le cyclisme, pourtant un des sports les plus contrôlés, remettant en cause plusieurs années après leur réalisation, des performances de pseudo-champions. La suspicion est désormais de mise. Partout.

Au moment où l’organisation des Jeux Olympiques d’été de 2024, précédés de la Coupe du monde de Rugby en 2023, est confiée à notre pays, après maintes tractations, parfois, disons-le équivoques, justement parce que l’argent, toujours l’argent et aussi d’autres influences politiques par exemple sont devenus incontournables, il convient de s’interroger sur le souvenir qu’elles laisseront aux jeunes générations…

Les organiser dans des conditions et dans le cadre d’une éthique absolue, vaudrait son pesant de médailles. La réflexion en ce sens est engagée… Mais d’ores et déjà, la France doit retrouver son rang au premier plan quant à la fiabilité de ses contrôles antidopage ; mais ce n’est pas comme nous l’avons justement dénoncé, il n’y a guère, en réduisant drastiquement les moyens financiers jusqu’ici mis en œuvre..

Parce que le sport à Taverny se porte bien sous l’impulsion de cadres compétents et de bénévoles constants dans leur engagement et dans des lieux, on l’a vu très accueillants, il est sage d’envisager de laisser de côté, télévision et autres pour se ressourcer auprès de notre jeunesse, ne serait-ce que de temps en temps. Faire partie des plus de mille personnes sur le site du Cross au moment des épreuves de jeunes, assister quelquefois à ces matches de foot de joueurs poussins qui ‘’savent déjà tout faire‘’, leur gestuelle en témoigne, ou encore se retrouver au Centre Nautique, pour des matchs de water polo, domaine où Taverny  a toujours excellé, malgré des hauts et des bas propres à tout club. Le samedi, en début de soirée et y retrouver, souvent par hasard, bon nombre de personnes que nous avons croisées depuis des années, fidèles comme toujours.

A Taverny, on peut pratiquer et faire pratiquer quasiment tous les sports, de nos courts de tennis, en passant par nos gymnases, pour les sports en salle, et puis emboîter le pas de nos randonneurs, souvent par tous les temps pour découvrir les mille et unes merveilles de notre région, qu’il faut aussi préserver, ce qui est le devoir de tous .

Fin de l’article introductif

 

Deuxième article

Historique du sport tabernacien

Réécrire sans cesse l’histoire du sport tabernacien n’est pas chose facile : nos anciens ne sont plus de ce monde pour témoigner, nous disposons d’éléments parfois contradictoires, parce que justement, très parcellaires.

Personne ne conteste que Lady Ashburton ait pu jouer un grand rôle dans la construction associative et sportive de notre ville et que la salle des Fêtes, monument historique s’il en est, était à l’origine une salle de gymnastique.

De son côté l’Abbé Rousseau, orfèvre de l’histoire de notre ville, écrira qu’il est impossible d’évoquer le sport à Taverny sans parler du rôle moteur du Cosmopolitan Club, nom sans doute choisi parce que des étrangers participèrent à sa création, du fait de l’implantation de cette colonie anglaise de Vaucelles… très active d’ailleurs !

Si un document officiel en date du 26 août 1913 mentionne une filiation avec le Cercle Athlétique de Bessancourt, qui à cette date serait devenu le Cosmopolitan Club, en fait c’est à Jean Le Bailly, Conseiller municipal de Taverny, qui en créant la société d’Armes et de Gymnastique se décline comme le véritable élément moteur à l’origine du sport tabernacien… Nous vivions une période où le sentiment national était à son zénith, ce qui peut expliquer pourquoi cette association s’inscrivait  sur les registres du Ministère de la Guerre. Le Cosmo Football allait suivre et sera homologué à la Fédération Française de football sous le numéro 13.

Cela n’est pas rien ! Cela en fait un des plus vieux clubs de foot de l’Hexagone. On ne saurait oublier les noms de Monsieur Moulié qui fut lui aussi à l’origine de la création en 1913  et sera président du Cosmo durant une longue période. Une ancienne salle de Taverny, mise à la disposition de l’annexe de la poste place Charles de Gaulle, portait d’ailleurs son nom, et aussi de Monsieur Mallet qui fonda la section tennis en 1924.

Quant à Monsieur Lemaire, en tant que Président, il reçut des mains du Président de la République, Albert Lebrun, en 1938, lors d’une cérémonie aux Tuileries, le drapeau du Cosmo, lequel fut restauré à l’occasion du centenaire du Club en 2013.

Une si longue histoire a été jalonnée par des montagnes de dévouements, de compétences de la part d’animateurs emblématiques. On aura le plus grand regret de ne pas les citer tous, mais  on en mettra en exergue quelques-uns.

A Franck Foucrier, assisté de Dany son épouse l’acrobatie, à Louis Giordano et Bernard Montrenaud le tennis, en passant par Claude Havette pour le cyclisme et par Michel Brugel et Daniel Sédillière, pour la natation et le water-polo? De Pierre Montel, karateka émérite, un des premiers champions d’Europe qu’ait pu compter Taverny, sans oublier Emmanuel Beaubrun, cheville ouvrière de l’athlétisme dont l’école de lancers longs a donné deux championnes internationales, aux ‘’deux  Carole‘’ Fournier et Sinoquet, la galerie de ceux qui ont fait le sport à Taverny depuis 1913 est impressionnante, d’autant que bien d’autres noms illustres mériteraient d’être mentionnés.

Souhaitons que des générations futures de sportifs émergent des chroniqueurs se chargeant d’apporter leur moisson de souvenirs. C’est pourquoi Le Tabernacien demande à tous les dirigeants actuels de faire connaître tant soit peu, le palmarès  et les temps forts passés ou à venir qui jalonnent la vie d’une Association. C’est une obligation finalement bien agréable et en même temps un devoir de mémoire indispensable.

 

Les principaux lieux sportifs

C’est une vraie chance pour Taverny d’avoir eu des élus de toute philosophie politique qui, au fil des ans ont constitué ce patrimoine d’installations  sportives.

Rappelons quelques dates incontournables :

1931 Acquisition des terrains des Brulis, 5086 m2 qui complèteront ceux  déjà utilisés par le Cosmo, agrandis à nouveau en 1941 de 2 hectares

1972  Piscine  Municipale

1974 Complexe sportif Jules Ladoumègue

1980 Gymnase André Messager, rénové en 2013

1984 Premier plateau multisports Goscinny

1989 Stade Jean Pierre Le Coadic aux Portes de Taverny

1992 Gymnase Jean Mermoz

1995 Gymnase Dacoury, extension en 2008

1997 – 2005  Terrains sportifs de proximité dans tous les quartiers

2008 Skate Park

2010 Rénovation stade Jean Bouin, terrains de football en synthétique,

piste d’athlétisme Myriam Soumaré

2013 Nouveaux courts de tennis en terre battue

 

Les défis de demain pour un sport durable

Quel sera le sport de demain ? Quelles pratiques, quels publics, quels besoins, quelles philosophies, quel suivi médical et enfin, quelle place pour les femmes, qui peu à peu gagnent un terrain considérable pour prendre cette place et qui est toute leur place ?

Le sport n’est pas neutre, il peut comme aujourd’hui épouser toutes les anomalies générées par une société parfois inhumaine, où l’argent et la violence qui en découlent faussent les règles de l’éthique la plus élémentaire !

Faut-il s’y résigner ?  Ne faut-il pas prendre le temps de l’analyse concrète, ici et là, partout ?

Présenter un ou des projets  bien dans l’air du temps est devenu nécessité première.

Prenons ce  risque, en présentant nous-mêmes un projet  dans notre prochain Tabernacien

A suivre

 

Insertion du dossier complet  ‘’A la recherche d’un sport sain pour tous‘’ dans le prochain article.

Ce dossier sera entre les mains des Maires des 15 communes du CALP, son ébauche a été présentée en janvier dernier à Madame Cécile Rilhac, députée du Val d’oise

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.